Author
Topic: La Banque du Canada menace des emplois canadiens e  (Read 3485 times)
suretteda
  • Senior Member
  • ****
  • Posts: 479
« on: November 30, 2003, 01:33:05 am »

A l'attention du directeur de l'information:

La Banque du Canada menace des emplois canadiens en faisant fabriquer le papier monnaie en Allemagne

   MONTREAL, le 27 nov. /CNW Telbec/ - La Banque du Canada confie à une
entreprise allemande la fabrication du papier monnaie servant à l'impression
des billets de banque de 20 $, 50 $ et 100 $ mettant ainsi en péril la survie
de l'usine de la compagnie Spexel de Beauharnois en Montérégie et menaçant
l'emploi d'une centaine de personnes, dont 84 syndiqué-es.
   Dénonçant cette situation incongrue, la présidente de la CSN, Claudette
Carbonneau, s'interroge sur le concept d'autonomie du Canada et sa véritable
souveraineté. "Quand un pays en est rendu à faire fabriquer ses billets de
banque à l'étranger, on envoie comme message que notre souveraineté est bien
secondaire face à l'argument économique."
   Sylvain Parent, président de la Fédération des travailleuses et
travailleurs du papier et de la forêt (FTPF - CSN) soutient que la "viabilité
de l'usine dépend essentiellement du maintien de la fabrication du papier
monnaie chez Spexel et le gouvernement fédéral joue présentement avec l'avenir
de l'usine".
   Le président du syndicat local, Claude Beaulac affirme pour sa part que
la Banque du Canada prend prétexte de la sécurité et que l'argument ne tient
pas la route. "Depuis au moins 70 ans, le papier monnaie est fabriqué à
Beauharnois et, du jour au lendemain, la Banque du Canada décide d'aller en
soumission pour faire fabriquer du papier sur une machine à papier moulé.
Cette démarche est intervenue sans nous demander, chez Spexel, si nous étions
en mesure de fabriquer un papier plus sécuritaire avec nos équipements."
   L'usine Spexel de Beauharnois produisait, jusqu'à tout récemment, environ
500 tonnes de papier monnaie pour les coupures de 5 $, 10 $, 20 $, 50 $ et
100 $. Afin d'économiser, la Banque du Canada, en 2000, lance un appel
d'offres mondial pour la fabrication du papier monnaie destiné aux billets de
20 $, 50 $ et 100 $. C'est la compagnie allemande JMD qui obtient le contrat.
Or, cette même compagnie possède également l'imprimerie British American Bank
Note en Outaouais qui imprime justement ces billets de banque. La production
du papier monnaie soustrait à Spexel de Beauharnois représente un volume de
300 tonnes par année, soit une réduction de son chiffre d'affaires de plus de
deux millions de dollars.
   Par ailleurs, les travailleuses et travailleurs de l'usine Spexel ont
déjà investi 2 000 $ chacun dans l'entreprise, à la fin des années 1990 et,
plus tard, c'est Fondaction de la CSN qui y a réalisé un investissement de
1,5 million $.
   Pour le président du Syndicat des travailleuses et travailleurs de Spexel
il est évident que si la Banque du Canada maintient sa décision de faire
fabriquer à l'étranger le papier monnaie servant à l'impression des coupures
de 20 $, 50 $ et 100 $, les coupures de 5 $ et 10 $ suivront d'ici deux ans
provoquant la fermeture de l'usine, la disparition de la centaine d'emplois
directs et celle de dizaine d'autres emplois indirects dans la région de
Beauharnois.
   La présidente de la CSN, Claudette Carbonneau, lance un ultime appel aux
autorités fédérales et aux députés de la Chambre des communes. "Rapatriez au
Canada la fabrication du papier servant à l'impression de nos billets de
banque. C'est le symbole ultime de l'identité canadienne qui passe bien avant
la tapisserie de drapeaux unifoliés lors d'événements sportifs ou
artistiques."


 

Login with username, password and session length